dimanche 20 avril 2014
276246 visiteurs
Rechercher ouvrage par titre par auteur

Toutes nos nouveautés

Nos dernières parutions


La Louve de Haute-Mauricie

Gilles LA CARBONA


Fenêtre sur la baie

Gérard CAMOIN

 

Prise en eaux troubles

Jean-Paul HUBLET
 
Sang d'encre
Roman
-5 %
 20.90 € 22.00 €
Envoi sous 48 heures

Acheter le livre en fichier numérique (PDF)

Lire les premières pages en ligne

« – Heu… Oui, bonjour ! J’ai… j’ai fait une découverte peut-être en rapport avec… avec la disparition du mandataire Laurent. À qui pourrais-je parler ?
– Comment vous dites ? Laurent ? Mandataire Laurent, c’est ça ?
– Non, pardon ! Mandataire Laurent Bellem, le disparu du journal, dans Nice-Matin… Laurent, c’est le prénom.
– Quel genre de découverte vous avez fait ? Quel est votre nom ?
– Padovani, je m’appelle Claude Padovani. Je vais vous expliquer. En faisant de la chasse sous-marine, j’ai tiré sur un poisson ; après, j’ai voulu le préparer, le vider et là… enfin bref, j’ai récupéré dans les entrailles d’un congre une bague gravée de deux prénoms… »

Voici comment une banale partie de pêche dans la passe des Îles de Lérins peut se transformer en véritable énigme policière. Car cette bague appartenait bien à un homme dont on ne tarde pas à trouver le corps immergé non loin de Cannes. Qui a tué Laurent Bellem, dont la qualité de liquidateur judiciaire laisse la porte ouverte à de nombreuses pistes ? Un justiciable mécontent ? Un proche ? Quelles affaires traitait-il vraiment ? C’est à toutes ces questions que le capitaine Graulain et son équipe vont devoir répondre alors que d’autres crimes, touchant des représentants de la magistrature sont commis sur la côte d’Azur…

Extrait

… Claude inspire profondément et replonge. Accrochés à sa ceinture, une dorade de bonne taille et deux sars. Christophe, s’étant rapproché, lui fait un signe en direction de sa gauche. Un congre majestueux sort de son trou. Claude ne bouge pas ; immobile, il attend. Il attend que ce serpent des mers soit à portée de son fusil... Patiemment, il gère son air… Bingo ! Le tir en plein dans le mille, la bête se débat, essaie de s’enfuir, mais ce tir parfait ne lui laisse aucune chance de survie. […]
Une heure plus tard, à bord du gobi amarré au quai Est du petit port du Mouré-Rouge, Alain installe la manche à eau. Christophe prépare les poissons pour les vider et les nettoyer, pendant que Claude sort rosé bien frais, pain et charcuterie, le casse-croûte traditionnel. Suivant le rituel, après la collation matinale, la préparation des poissons ne peut commencer avant la photo du tableau de chasse étalé sur le capot moteur du pointu. Tout en incisant leurs prises pour les vider, les trois amis organisent la soirée bouillabaisse. Claude, le spécialiste, sera aux fourneaux. Alain, dont le seul défaut est un goût immodéré pour les bons vins, s’occupera des boissons. Encore une fois, ne s’étant pas renouvelé depuis des années, il sort sa vanne préférée : « L’eau, ce n’est pas la peine, cela fait rouiller », et Christophe dans le rôle du maître de maison aura la charge de l’intendance.
Tout d’un coup, Claude s’exclame :
– Eh, les gars, regardez, un trésor !
Dans les entrailles du congre, une bague dorée, une alliance, une alliance en or. Hébétés, les trois pêcheurs se regardent, l’air interrogateur. Que peut bien faire ce bijou dans les viscères de ce poisson ? Christophe, avec ses talents de comédien, prend un air triste.
– Vous savez, les mecs, on a déconné. Maintenant, madame congre est veuve ! Claude, si elle te retrouve, tu vas passer un sale quart d’heure, tu as intérêt à nager plus vite qu’elle ! Et c’est pas gagné !
– Ne plonge plus sans ta ceinture de chasteté, des fois qu’elle ait des envies de vengeance ! renchérit Alain. Les trois complices partent d’un même rire. Claude prend la bague entre ses doigts, la regarde une dernière fois et la range dans la poche zippée de son bermuda. Il est près de onze heures, les trois compères quittent le quai Est et se dirigent vers leurs véhicules où ils se séparent.
– Eh, Alain! N’oublie pas le liquide pour faire glisser la bouillabaisse, lance Christophe à son copain en rentrant dans sa voiture.
– Oh, ne t’inquiète pas, je pourrais oublier beaucoup de choses, mais certainement pas le vin !


Cette page a été consultée 759 fois

© Avril 2007 - Avril 2014 - Les 2 Encres
Toute reproduction de ce site est interdite sans autorisation expresse de la société Les 2 Encres
Plan du site - Mentions légales