dimanche 21 décembre 2014
314552 visiteurs
Rechercher ouvrage par titre par auteur

Toutes nos nouveautés

Nos dernières parutions


Korbrekan - La Malédiction des Princes-Sorciers T.2

Valérie JACQUET-BETMALLE


La Valise et le cercueil

DARIO

 

Icare ou la chute des rêves

 
Mémoire d'encre
Livre d'art
-5 %
 14.25 € 15.00 €
Envoi sous 48 heures

UN  TABLEAU   UNE VOIX    

"C’est le concept qui s’est imposé à moi pour définir et faire voir cette sorte d’entrée dans un tableau. Ce concept n’est pas venu d’abord. Il est venu après, au bout d’un lent processus et d’un cheminement intérieur. Nous sommes visités par certaines œuvres. La rencontre avec elles s’opère dans l’instant, par coup de cœur et effet de choc, qui peut se perdre dans l’épaisseur des jours et semble s’effacer pour toujours dans la multiplicité des possibles.  Mais non ! Le travail de maturation fait son chemin. L’œuvre résiste à l’oubli du temps. Elle revient en force dans l’imagination jusqu’à devenir obsédante et incontournable. Elle s’impose désormais. Un personnage nous appelle et vient nous chercher. On l’abandonne encore une fois, puis d’autres. Mais il s’est inscrit dans notre mémoire profonde vierge et vigilante à la fois. Nous ne savons pas encore pourquoi nous aimons ce tableau et à quel point nous l’aimons.

 

D’autres œuvres se bousculent dans notre esprit pour lui disputer la priorité. Arrive enfin le moment de s’attacher à cette œuvre plutôt qu’à une autre, de la choisir et de lui consacrer beaucoup de temps. On est entré dans la phase où tout ce qui peut relever de l’étude retient notre attention : sujet, composition, lignes et tonalité d’ensemble, formes et couleurs, personnages, objets, décors et paysages…. Le moment est venu de confirmer, d’expliciter et d’enrichir l’impression initiale qui nous avait saisi dans une sorte d’effroi. Mais rien d’exprimable à ce stade, car l’analyse ne sera pas notre point de vue. Il faut encore attendre.

 

Pourtant, la troisième phase du travail est amorcée. Elle a pris racine dans les deux premières. Le texte va venir. Il va sortir de l’image et se placer sur elle. On se rapproche de l’œuvre comme la première fois. On s’en approche comme l’amant de son aimée, quand tout naturellement ils vont s’unir. De même, le poète scelle son union avec le peintre dans la première phrase de son texte qui fait surgir l’évidence du tableau. Voilà reçu l’instant de l’inspiration qui, donnant le ton et la clef, dévoile le sens du tableau, l’écrit et en propose la lecture INEDITE.

Cette démarche refuse tout procédé systématique. Car il s’agit d’un mariage intime de l’écriture avec la peinture qui réclame à chaque fois virginité du regard, conviction, et paradoxalement, une grande subjectivité.

Ainsi est née L’EVIDENCE  qui se partagera dans l’expansion de la pensée et des images."

Jacqueline Berny-Lapalus

 

 

 

Extrait

Personne pour entendre la chute d'Icare retentir dans les orgues de la mer. Ni le pêcheur attaché à sa canne. Ni le laboureur tiré par son cheval. Les matelots eux-mêmes, juchés dans le gréement de l'embarcation que frôlent les jambes d'Icare, n'en perçurent pas le moindre signe.

Personne pour entendre la chute d'Icare, ni le berger contemplatif sous la voûte du ciel, pas une seule de ses brebis que Dieu posa autour de lui pour créer la paix, ni son chien de garde dressant l'oreille aux bris des branches, pas même les poissons multipliant leurs ébats dans l'eau et les mêlant, aveugles, aux jambes d'Icare.

Personne pour entendre la chute du fol enfant et moins que quiconque son père qui scrute désespérément toute absence d'oiseau dans le ciel, non pas davantage son propre père dont il défia la sagesse, hélas, et qu'il appelle en vain dans son cri silencieux.

 

 


Cette page a été consultée 896 fois

© Avril 2007 - Décembre 2014 - Les 2 Encres
Toute reproduction de ce site est interdite sans autorisation expresse de la société Les 2 Encres
Plan du site - Mentions légales