jeudi 23 Octobre 2014
306223 visiteurs
Rechercher ouvrage par titre par auteur

Toutes nos nouveautés

Nos dernières parutions


Shot List

Jean-Pascal DUMANS


Optimiser la Gestion de la Relation Client - Apport de la socio-sémiotique

Christiane LEGRIS-DESPORTES

 

Blogs, Médias sociaux et Politique

Christiane LEGRIS-DESPORTES
Patrick Couton-Wyporek
David REGUER, auteur principal
 
Sciences humaines
Essai
-5 %
 15.20 € 16.00 €
Envoi sous 48 heures

Acheter le livre en fichier numérique sur amazon kindle (PDF)

Lire les premières pages en ligne

 Les blogs appartiennent à la troisième grande évolution d’Internet, celle communément appelée le web 2.0 : un web communautaire et interactif qu’un grand nombre d’internautes s’approprie à travers des outils tels que le partage vidéo (Youtube, Dailymotion…), les réseaux sociaux (Facebook, Viadeo…), le microblogging (Twitter…) et bien d’autres techniques encore.

Au-delà des usages personnels et ludiques, ces médias sociaux sont au cœur d’une petite révolution dont on évalue encore assez mal les implications. Que sait-on aujourd’hui de leurs conséquences sur les médias traditionnels, les entreprises et la vie politique ? Comment évaluer l’influence des médias sociaux ?

Le partage des connaissances et des idées, le développement des identités numériques, les nouveaux rapports de forces économiques, la déstabilisation politique, la remise en question du journalisme… autant de sujets que ce livre aborde à partir d’exemples concrets, illustrés par des entretiens avec les chroniqueurs David Abiker, Guy Birenbaum et Benoît Raphaël, ainsi que des blogueurs politiques.

S’adressant aussi bien au lecteur néophyte qu’aux professionnels ou encore aux acteurs impliqués dans la vie politique, cet ouvrage de David Réguer, directeur du cabinet RCA et intervenant au CELSA, s’appuie sur une longue pratique de veille stratégique. Le regard sémiologique de P. Couton-Wyporek et C. Legris-Desportes sur une sélection de blogs politiques, complète utilement son expertise.

Extrait

 Au Moyen Âge, jusqu’à Gutenberg, les livres étaient sous contrôle. Ils étaient fabriqués de façon unitaire dans des monastères spécialisés. Des moines copistes recopiaient les textes à la plume d’oie sur des feuilles de parchemin ou de papier, à partir d’un original. Des enlumineurs agrémentaient les pages de délicates miniatures aux couleurs vives. Les monastères approvisionnaient ainsi à prix d’or les clercs et les bourgeois assez riches pour se payer des manuscrits. Gutenberg révolutionna la diffusion de l’écrit en inventant l’imprimerie. Il achève en 1455 la Bible à quarante-deux lignes, dite Bible de Gutenberg, dans sa ville natale de Mayence. Le procédé typographique qu’il vient d’inventer se diffuse à très grande vitesse dans toute l’Europe. Des imprimeries s’ouvrent dans les villes tandis que l’Église organise la Contre-Réforme pour répliquer aux protestants qui bénéficient de cette innovation et de la diffusion « massive » de la Bible en langue vulgaire. La résistance cléricale s’exprime violemment par la confiscation des machines à presse et des châtiments publics. Chaque révolution dans le domaine des communications engendre un déplacement de pouvoir et par conséquent des tentatives de contrôle ou de censure.

De nombreux experts ont souvent comparé l’innovation de l’imprimerie avec celle de l’internet. Au gré des innovations successives, le coût de publication a progressivement diminué. Dans le secteur de l’édition, cela s’est traduit par une augmentation du nombre de titres et une diminution du tirage moyen : plus de produits, plus de rotations, plus de marketing, moins de coûts de production.

L’émergence d’internet a considérablement touché le secteur de la presse et de l’édition. Le développement des blogs et des médias sociaux accentue cet impact et modifie la physionomie des secteurs des médias, de la communication et de la création multimédia. Avec eux, d’une part le coût de publication devient quasiment nul, d’autre part la publication peut être réalisée par n’importe quel individu ou automate, sans contrainte, si ce n’est celle d’écrire des articles et d’actualiser son blog.

Parallèlement, puisque tout le monde peut publier gratuitement, le « coût » médiatique est déplacé vers le référencement, la publicité, la communication, la veille, la gestion du risque « réputationnel »... L’objectif est d’émerger dans ce flot d’informations continu toujours croissant, passer de l’anonymat le plus absolu au stade de la notoriété ; acquérir une reconnaissance « communautaire » mais également plus large, voire universelle. Il existe certes de nombreux blogs intimistes, qui se focalisent sur l’intériorité du blogueur et la description de son environnement. Les contenus s’adressent alors à son réseau relationnel et à ses proches. Mais pour celles et ceux qui veulent émerger, la concurrence est rude et les techniques pour peser médiatiquement toujours plus complexes à maîtriser. Il est d’ailleurs là, le déplacement du pouvoir, non plus dans la rétention de l’information ou le contrôle des publications, mais dans le pouvoir d’indexer, de référencer et de faire « remonter » un contenu plutôt qu’un autre. Si à l’époque des moines copistes, l’Église incarnait le pouvoir, aujourd’hui le pouvoir pourrait être incarné, à certains égards, par... Google !


Cette page a été consultée 1433 fois

© Avril 2007 - Octobre 2014 - Les 2 Encres
Toute reproduction de ce site est interdite sans autorisation expresse de la société Les 2 Encres
Plan du site - Mentions légales