jeudi 24 avril 2014
277093 visiteurs
Rechercher ouvrage par titre par auteur

Toutes nos nouveautés

Nos dernières parutions


Korbrekan - La Malédiction des Princes-Sorciers (T.1)

Valérie JACQUET-BETMALLE


Histoires d'École - De l'indignation à l'espérance

Geneviève GILLARDIN

 

Trois p'tits Tours

Nadine NAJMAN
 
Encres libres
Poésie
-5 %
 11.40 € 12.00 €
Envoi sous 48 heures

Acheter le livre en fichier numérique (PDF)

Lire les premières pages en ligne

La vie, le temps, la mort, le pourquoi, le comment : tandis que le philosophe explore la métaphysique, l’humoriste plaisante : « Où suis-je, où cours-je, et dans quel état j’erre ? » Comme eux, comme chacun de nous, le poète doute, s’interroge et participe à la ronde éternelle des petites marionnettes qui viennent au monde pour se démener, se détendre, espérer, craindre, gagner, perdre, aimer et quelquefois haïr… puis faire encore quelques derniers petits tours sur la planète bleue avant de disparaître. Entre hier, aujourd’hui et demain, les expériences, les observations, les émotions et les réflexions se bousculent mais finissent par se laisser ranger sous trois chapitres ayant pour titres : passé recomposé, plus-que-présent et conditionnel futur. Dans cette conjugaison imaginaire, les temps se juxtaposent, se fondent et s’influencent pour exprimer la relativité de toutes choses au moyen d’une langue précise, claire et savoureuse qui ne tombe jamais dans la facilité de l’hermétisme et de sa supposée profondeur.

Extrait

À Marc Chagall Les évadés Je me trouvais à la galerie Tretiakoff, ou peut-être à New York, au Met’, ou à Orsay, au Louvre, peu importe. Je crains les musées et je n’y vais guère car ils ressemblent aux halls de gare et aux aéroports, avec les mêmes cohortes de quidams qui lèvent la tête et regardent les murs avec des yeux vides. Pourtant, ce jour-là, je ne sais pas pourquoi ni comment, au fond d’une grande salle comme les autres, j’ai été aspirée dans un tableau : soudainement, totalement, comme on tombe, comme on se noie, comme on meurt, ou comme on vient au monde. Un homme et une femme, bizarrement enlacés, planant au-dessus d’une ville inconnue, m’avaient invitée en silence à les suivre, et sans réfléchir je m’étais envolée avec eux, béate, apaisée, contemplative… Et de là-haut, si haut, si loin de tout, je regardais sans bien comprendre l’armée de touristes en shorts qui avait investi le musée avec ses sacs à dos, ses casquettes, sa sueur, et en bandoulière ses pistolets-mitrailleurs qu’un règlement frustrant leur interdisait de dégainer pour tirer sur les trois évadés.


Cette page a été consultée 926 fois

© Avril 2007 - Avril 2014 - Les 2 Encres
Toute reproduction de ce site est interdite sans autorisation expresse de la société Les 2 Encres
Plan du site - Mentions légales